J’ai toujours tenu, avec plus ou moins d’assiduité, un journal intime.
J’ai toujours rêvé, avec plus ou moins d’enthousiasme, d’écrire un livre.
J’ai toujours voulu, avec plus ou moins de régularité, être lue.

Je ne sais pas si c’est une belle idée ou si elle est seulement saugrenue, mais voilà mon espace de liberté d’expression, sur lequel vous êtes invités à réagir, si le cœur vous en dit.

Tout ce qui sera écrit ici n’est que mon avis sur la vie (copyright Souchon), les petits seins de ma chérie en moins.
Mais ça se discute, hein, on peut aussi parler de seins !

J'ai toujours noirci des pages, et des pages, et des pages.
Des journaux intimes, disais-je (environ 17 volumes à ce jour).
Des journaux intimes partagés (avec quelques copines et ma soeur, on s'échangeait un cahier, qui s'appelait Fidgérald, ou "cher Fifi", ça me fait rire quand j'y repense).
Des cahiers de poêmes.
Puis, j'ai rempli des agendas, consciencieusement (demandez-moi ce que j'ai fait le 13 avril 1999, je vous dis ça tout de suite).
Et j'ai eu des enfants. Donc j'ai moins pris le temps d'écrire.

Rassurez-vous (je vous sens fébriles), j'ai changé de tactique : j'ai enchaîné avec les ptits cahiers.
* il y a le carnet de mots (j'y mets tous les mots que j'aime ; par exemple, mon mot préféré est "Préambule", il est sur la première ligne) ;
* il y a le carnet de listes -de courses, de choses à faire, d'affaires à mettre dans la valise, des mariages auxquels on a été invités, etc ;
* il y a le cahier de vie, celui sur lequel je note toutes les informations -celles que je notais avant sur des ptits bouts de papier qui trainaient ensuite dans le fond de mon sac à main (RV chez le médecin ; numéros de téléphone ; identifiants divers et variés ; comptes à régler -financiers j'entends- ; livres dont j'ai entendu parler ; ...)
* il y a le carnet des ptits bonheurs, qui, comme son nom l'indique, contient tous les ptits bonheurs quotidiens ("manger un pain au chocolat aux amandes en terrasse en lisant Biba ou Cosmo" en fait partie, ou "me réveiller le matin en ayant oublié que j'avais mis du vernis sur mes orteils, Ô surpraïse, mais que c'est chouette !" aussi).

Et c'est justement ce dernier qui me donne le plus de fil à retordre : je n'arrive pas à être assidue pour le tenir à jour. Non pas que ma vie soit dénuée de bonheurs quotidiens, mais j'ai du mal à les voir.
C'est par phase, évidemment, mais ces derniers temps, je me sens en tension permanente, en garder-prise (le contraire de lâcher-prise) (ça passe ou pas ?...), je ne suis jamais comme Fonzie, coooooool. Et je ne remplis pas mon CDPB (Carnet Des Ptits Bonheurs, si vous suivez bien).

Alors je me suis dit "et pourquoi pas ?..." (ooooooooohhhhhhhhhhhh) un blog, sur lequel -évidemment- je ne vais pas étaler les râtages de ma vie, ni les *grumpf*-attitudes de mes journées, mais au contraire focaliser sur les belles choses, les chouettes trucs, les supers bidules et autres géniaux machins.
Faut dire aussi que je lis pas mal de blogs, tous résolument optimistes, tous jolis, bien écrits, et que ça donne envie et des idées.

Bon, le truc maintenant, c'est que c'est un peu mégalo, je ne prétends pas être une écrivaine hors-pair, je ne suis peut-être même pas intéressante, et du coup, je me pose la question de : QUI va me lire ? QUI va me faire des commentaires ? Est-ce que ça va intéresser quelqu'un(e) ?...

*Dites-moi oui, dites-moi oui*