Pour cette première semaine de -grandes- vacances, Anita est partie à l'île de Ré avec ma mère, sa cousine et son cousin ; Rosalie est à Londres avec ma tante et son cousin (cadeau de leurs 10 ans !).
Abibi est en déplacement toute la semaine sur Paris.
Maïté, elle, continue à aller à la crèche.

Et moi, je profite de ma toute petite qui devient grande pour moi toute seule. À nous les repas en tête à tête, où elle n'arrête jamais de parler, de commenter, de tout décrire, sans jamais vraiment participer à mon semblant de conversation.
"Maman, c'est à moi, les pâtes ?"
"Veux montrer mon pâtes à mon papa"
"Pas pipi dans la culotte, quand-même!"
"Doudou, il veut pas faire pipi, par contre"
"C'est toi mon maman. Et la maman de Lita, et de Ozalie, aussi."
"Ah ben ouais"
"Je gratte mes fesses, maman"
"Tu enlèves tes chuchures, maman ? Oui ?"
"Oh ! Mon cullère elle est tombée par terre!"
"C'est moi qui mets le chocolat toute seule"
"Pas dodo, ah ben non !"
...

J'ai le droit tous les matins à : "elles sont où, tes soeurs ?...", ce qui me fait bien rire. (Mes soeurs ? Chez elles, pourquoi ?!?).
On fait des jeux, des puzzles, on habille Bébé, toussa toussa.
Le soir, au moment d'aller au lit, elle choisit l'histoire, celle qu'elle veut qu'on lise ensemble. Et puis elle pleure, ne veut pas être toute seule. Pour la consoler, je lui dis que je comprends, qu'elle aimerait qu'Anita soit là, mais que promis, on l'appellera demain pour lui raconter qu'on aimerait bien qu'elle soit là. Et pouf, pouf, au lit

J'apprécie d'autant plus ces moments avec elle qu'ils sont assez rares, finalement. En général, on profite de sa sieste pour avoir des temps perso avec Anita ou Rosalie ou les deux, mais de fait, on passe moins de temps seul(s) avec elle.

*Mon bébé*