On est déjà dans la troisième semaine depuis la reprise de l'école. Une rentrée sous le signe du tourbillon. Tu sais, celui qui fait tourner la tête et te fait dire que tu n'y arriveras jamais ?...

Petit tour d'horizon :

* Rosalie a entamé son CM2 dans la joie et la bonne humeur, en retrouvant ses copains avec bonheur. Il faut dire qu'ils se suivent presque tous depuis la maternelle, ça va leur faire bizarre l'entrée au collège !..
Elle a décidé de continuer la chorale, le mercredi après-midi, et on a réussi à l'inscrire au cirque le mardi soir, parce qu'elle a adoré son stage en juillet.
Elle fait partie des plus grandes de sa classe (où est mon bébé de 46 cm ?...), a réussi à s'adoucir avec Anita et s'occupe toujours autant de Maïté. Elle sait être serviable mais aussi répondre à tout va. Une enfant de 10 ans et demi dans toute sa splendeur.

* Anita a découvert l'école élémentaire, trop contente d'être enfin dans la même école que Rosalie. Le CP, ça rigole plus, mais elle adore faire ses devoirs et ne râle jamais quand on doit lire quelque chose. En revanche, elle est plutôt dans une phase "je veux qu'on me demande 5 fois les choses avant de les faire", ce qui est passablement énervant, tu l'admettras.
Cette année, elle continue la danse, pour la troisième année, le mercredi après-midi, et apprend à nager, le vendredi soir.
Elle refuse de couper ses cheveux, il faut donc passer de longues minutes à la coiffer le matin, tsssss.

* Maïté est entrée à l'école. Qu'on se le dise : ce que tu entends le matin, vers 8h45, si tu habites par là, là, ce n'est pas une sirène de pompier. Ni une alerte à la bombe. Non, non, ce n'est que Maïté qui gère au mieux la séparation.
Alors bien sûr, je ne suis pas surprise, elle avait déjà fait ça à la crèche. Suis blasée habituée. Mais bon, les crises en mode exorciste, je m'en passerai bien... Sous le regard de la maîtresse qui est loin d'être la personne la plus empathique que je connais. Mais bon.
Le reste de la journée se passe bien, apparemment, et je la retrouve avec le sourire à la garderie. Bourrique.
Son doudou pour aller à l'école s'appelle Lécole, c'est un cochon, et figure-toi qu'il pleure tous les matins ! Dingue !
Elle ne fait rien en dehors de l'école, si ce n'est accompagner Tessoeurs à droite et à gauche, ce qui est déjà pas mal, hein.

* Abibi a repris le travail fin août et a très vite repris les déplacements. Le voilà donc parti entre 2 et 4 jours par semaine, à Paris, à Belfort, au Creusot, en Bretagne... Parfois, c'est en train, d'autres en voiture, ou -super combo- en train + voiture. Cela génère évidemment de la fatigue, d'autant que les sujets sur lesquels il travaille sont un peu touchy et compliqués... Heureusement qu'on a réussi à passer des week-ends pleins de moments magiques, parce qu'on n'aurait pas tenu le coup, sinon !
(Enfin si, mais bon, rolala, c'est dur !)

* Moi, après 2 ans à temps partiel (= 14 heures 30 devant élève pour les feignasses de prof), me voilà de nouveau à temps plein. Concrètement : 19h30 par semaine devant élèves, sur 4 jours ; 5 classes, 3 niveaux ; 137 élèves. Ça me fait des journées bien remplies, sans pause.
Une journée type ?
Lever 7h45, réveil des filles à 8h, on part pour les écoles à 8h40, APRÈS AVOIR COIFFÉ ANITA.
Retour à la maison à 9h, je commence à 10h, ce qui me laisse le temps de lire le journal en buvant un café, sauf quand j'ai des photocopies à faire ou des trucs de dernière minute à faire (Oh wait ! On me dit dans l'oreillette que je n'ai pas bu un café depuis la rentrée !).J'enchaîne les cours jusqu'à 16h39 ou 17h37 avec moins d'une heure et demie pour manger (et encore, je bosse un peu en général).
Je sors du collège, je vais chercher les filles, le bain (OH WAIT ! On me souffle que c'est pas tous les jours, faut pas déconner !), les devoirs de CP, ceux de CM2, dîner, rituels du dodo (dents, toilettes, lecture ou jeu).
20h45, je me pose enfin devant la télé, je végète un peu, je lis mes mails, je réponds à mes copines, puis je me remets à bosser. Préparation de cours, correction, je te fais pas un dessin. Parfois en téléphonant à mes soeurs (coucou l'efficacité !), toujours l'oeil sur l'ordi.
Je vais rarement me coucher avant minuit, je n'y arrive pas.
Et ça, c'est les soirs lambdas, parce que ces deux dernières semaines, il y a eu les réunions diverses et variées, celles avec ma casquette de prof, et celles avec ma casquette de mère d'élève. Là, ça n'est plus de l'organisation mais de la jonglerie... Surtout quand Abibi n'est pas là (et c'est un genre de théorème, ça : c'est toujours les jours où je suis seule que je dois être à deux endroits différents ! Mais POURQUOI ?!?).
Bon bref, je me plains un peu, mais vraiment je peine à trouver mon rythme cette année...
Et les activités n'ont pas encore repris... AU SECOURS !

Et chez toi, c'est quoi, le bilan à 2 semaines de cette rentrée scolaire version 2015-2016 ???