Note que j'aurais pu appeler ce message le "théorème de la formation" ou le théorème du gâteau" ou...

Je n'ai qu'une question: pourquoi?...

POURQUOI, c'est toujours les semaines où Abibi n'est pas là que :

- la cantine et le périscolaire font grève?

- j'ai une formation, ce qui me fait commencer plus tôt que d'habitude?

- c'est au tour de Rosalie d'apporter le goûter pour 15 à la chorale (ça tombe 3 fois dans l'année, et forcément, ça tombe ces semaines-là) (théorème du goûter) ?

- l'école organise une vente de gâteau et ce serait gentil d'en faire un, hein ?...

- tombe le rendez-vous chez l'ORL pris il y a... hmm... deux ans et demi (me privant de mon mercredi matin seule) ?

- c'est la course entre la fin de la danse et l'anniversaire d'un copain d'Anita (avec gala samedi, donc pas cool de zapper la danse...) ?

- ...

POURQUOI ?!????

Résultat, cette semaine, déjà pas fofolle parce qu'il n'est pas là, se transforme en parcours du combattant. Avec en plus un arrière goût de moisi déjà vécu, puisqu'il s'est passé exactement la même chose en février (grève, formation, gâteau...) (forcément, remarque, c'est un théorème, et un théorème, c'est toujours vrai!).

Et moi?

Moi, je jongle.

Je mets mon réveil plus tôt mardi matin, pour déposer les filles à la garderie à 8h (au lieu de les emmener à 9h les autres jours), puisque je commence à 8h30 exceptionnellement.
Je file à ma réunion une fois la formation finie (le logiciel Scratch m'a tuer), pendant qu'une de mes amies récupère Anita et Maïté à l'école et que Rosalie va au cirque avec la maman d'une autre petite fille du cours, comme tous les mardis.
En sortant à 18h30, je grouille d'aller chercher Rosalie et la petite fille en question au cirque, je la dépose chez elle, et je vais retrouver Anita et Maïté chez ma copine. On dine aussi vite que possible (avec 5 enfants, j'entends) et on rentre à la maison vers 20h45.

Puis je passe des coups de fil pour prendre des dispositions pour les grèves de jeudi. Alors ne nous trompons pas: en maternelle, ce sera garderie le matin MAIS pas de cantine ni de garderie après 16h30 ; alors qu'en élémentaire, ce sera pas de garderie le matin, ni de cantine, MAIS garderie le soir. Okay. Pourquoi faire simple....
Ce sera donc ma belle-mère pour le midi, et une copine pour Maïté à 16h30.

On ne faiblit pas, il reste à gérer les colères de Maïté, le rendez-vous chez l'ORL avec le test d'audition.
"Et là, tu entends la sonnerie du téléphone ?"
Maïté, toute fière : "Oui !"
Raté, c'était un piège, y'avait aucun bruit... Raaaaaaaaaaa.
Bref, j'ai eu l'immense honneur de ne pas cumuler colère ET ORL (ça a été fait en décalé, ouf), mais j'ai rempilé pour un rendez-vous anesthésiste à caser juste avant l'ablation des diabolos le mercredi 1er juin (ah, donc Abibi devrait être absent cette semaine-là !...), et un rendez-vous de contrôle début juillet. You-pi.

Sur ce, on a été acheter un cadeau pour le copain qui fête son anniv cet aprem, on a fait un gâteau pour la chorale de cet aprem, on a fait les devoirs.

Et demain ?
Demain, il faut que je pense à mettre les clés dans le cartable de Rosalie, pour qu'elle puisse rentrer déjeuner avec Tessoeurs et leur mamie.
Demain, il faut que je pense à mettre trois mots dans les trois cahiers, pour expliquer aux trois enseignants qui vient chercher mes trois filles et à quel moment.
Demain, il faut que j'anticipe le repas du midi.
Demain, il faut que je fasse un gâteau pour l'école, pour vendredi.
Demain, il faut que je pense auX sacS de piscine d'Anita (ben ouais, elle va à la piscine avec sa classe à 14h, et tous les vendredis à 19h, c'est vraiment bien foutu).

Demain, j'ai bien envie d'aller me coucher, tiens.

NB : on me dit dans l'oreillette que j'ai eu du bol, parce que le goûter de la chorale et le gâteau pour l'école auraient pu être pour le même jour, la piscine et l'ORL aurait pu tomber en même temps, les enseignants auraient pu faire grève eux aussi, et ma formation aurait pu tomber le jour de la grève, justement. Bref, faut pas que je me plaigne.