Cette semaine, j'ai triché, c'est une photo du sam'di.

Comme je l'ai dit sur Instagram, il est de ces vendredis soirs où le bonheur d'être en week-end n'est pas forcément suffisant. Vendredi, je n'avais pas envie de sourire, je me sentais lourde, boule dans le ventre et compagnie. Alors la photo du dredi, je voyais pas bien comment la faire...

Vendredi en fin de journée, j'ai eu mon dernier conseil de discipline dans mon collège actuel. En 10 ans, je ne compte plus le nombre de conseils de discipline auxquels j'ai assisté, pour lesquels j'ai dû voter, pour ou contre l'exclusion définitive ?...
J'en ai fait entre 70 et 100, facile.

Enfin facile, non, justement, c'est toujours difficile.

Celui de vendredi avait un goût amer d'évidence, on ne peut pas insulter une enseignante impunément, non, une prof n'est pas une pute, ne peut pas aller se faire enculer, et ne doit pas fermer sa gueule parce qu'on est énervé. Non.
Oui mais voilà, quand un enfant (à 15 ans, on est encore un enfant, pas vrai ?) a été abandonné par son père, qui est dans un autre pays et ne donne plus de signe de vie, forcément, il ne peut pas avoir confiance en l'adulte. La mère ? Aucune idée, l'enfant lui-même ne sait pas où elle est... Trois adresses différentes de foyer en moins d'un an, forcément, ça déstabiliserait n'importe qui. Je le sais bien...

La tristesse, l'impuissance et le désarroi ont été mes compagnons de vendredi soir.

Samedi matin, je crois qu'on peut deviner sur ma photo que ça n'était pas tellement mieux, mais on essaye d'avancer malgré tout, en espérant que cet enfant réussira à travailler sur sa relation à l'autre, qu'il tombera sur les bonnes personnes pour l'aider. J'ai envie d'y croire !...

moi 23 6