Salut salut,

Quelle semaine, mes amis, quelle semaine !... À 100 à l'heure, encore !!!!!

S'il n'y avait pas des nuits si courtes, tout irait bien, mais il faut vraiment que je me couche plus tôt, BORDAŸL.
(et puis comme je me suis promis de lire davantage, je n'éteins jamais sans avoir lu au moins un ou deux chapitres minimum, ce qui retarde encore la fermeture de mes yeux)

Bref, en vrac, il y a eu :
Des soirées boulot, comme de bien entendu, mais je me trouve plus organisée que les années précédentes. Dans mon collège tout neuf, je n'ai pas de salle attitrée (c'est très souvent le cas, d'ailleurs, mais comme j'avais "ma" salle dans mon ancien collège, je m'étais habituée, et ça fait drôle de ne plus avoir ce confort-là !), je suis donc bien obligée de ranger mon casier plus souvent (pour y entreposer les photocopies), par exemple.
Et puis comme je travaille plus près de chez moi, je peux aller travailler (à pied) après avoir déposé Maïté dans sa classe, mais j'arrive juste avant la sonnerie, je n'ai pas beaucoup de marge... Je dois donc an-ti-ci-per (mes photocopies, entre autres). Ce qui fait que je repars chaque soir du collège avec les cours du lendemain prêts.
Dans la grande famille des profs, il y a ceux qui sont toujours à l'arrache, et ceux qui sont super méga organisés. Devine dans quelle catégorie je suis ?!?
Ça te fera peut-être sourire, surtout si tu fais partie de la catégorie des profs-qui-anticipent, mais pour moi, c'est une vraie révolution.
Autre changement de rythme avec cette mutation, je réussis davantage à bosser entre 16h30 et 18h, avant d'aller chercher les filles. Soit au collège, soit à la maison, mais en tout cas, ça allège -un peu- mes soirées de boulot. ET C'EST PAS DOMMAGE.
Des soirées boulot, donc, mais aussi des soirées détente.
Une soirée avec Abibi rentré tout juste de déplacement, et une soirée entre copines pour un resto-ciné ("Les grands esprits", ou comment penser au boulot pendant une soirée détente) (ahem) (mais c'est bien, hein !). Deux soirs sans travailler, ça ne m'est pas arrivé souvent, ces dernières années...
Il y a eu aussi cette journée de mardi, remplie de petits bonheurs : du soleil, déjà, qui réchauffe bien le moral, mine de rien. Et puis comme j'ai la chance de ne pas travailler le mardi matin, je suis passée dans mon ancien collège, faire un coucou aux collègues. J'ai croisé quelques anciens élèves. Puis j'ai rejoint une autre collègue chez elle (elle est en congé maternité) pour déjeuner une délicieuse pizza maison, avant d'aller bosser 3 heures l'aprèm.
Et puis bien sûr, j'attendais mercredi avec impatience, le rendez-vous était pris depuis début juillet, et j'avais hâte, hâte, hâte. Je me suis fait mon cinquième tatouage, et j'en suis vraiment fière. À l'occasion, faudra que j'essaye d'écrire là-dessus... Ça pique, ça fait mal, mais je ne regrette pas une seule seconde.
Côté fifilles, Anita a toujours des problèmes pour s'endormir, mais j'essaye de ne pas en rajouter je la laisse gérer. J'ai assisté à la réunion de ses maîtresses, et comme d'hab depuis la petite section, c'est "une classe sympa mais bavarde". Ah bon ?!?...
Maïté a fait moins de colère, je trouve, et Rosalie a oublié son blouson dans son casier, et son classeur de français à la maison (DEUX FOIS), mais à part ça, ça va. Elle a été à la fête foraine avec une de ses copines de primaire, toutes seules comme des grandes.
Abibi est pas mal absent, et ne gère pas grand-chose, faut le reconnaître, alors il nous a fait la surprise de prendre une journée pour ranger la maison. Que c'est bon de rentrer dans un chez-soi propre et aéré !...
Côté *bouge ton corps*, j'ai été à deux cours de gym suédoise (je n'arrive pas encore à trouver un rythme acceptable), et c'est tout, because tattoo. Pas de danse, donc.
Samedi, on a déambulé dans Nantes pour le festival Scopitone, et nos pas nous ont emmené au restaurant, au Maroc plus exactement, puisque nous avons mangé un couscous. Une bonne alternative aux nuggets-frites servies habituellement aux enfants !...
Dimanche, c'était les Virades de l'espoir, organisées dans toute la France au profit de Vaincre la mucoviscidose. Cela faisait 5 ans que je n'y avais pas mis les pieds. La dernière fois, j'étais enceinte de Maïté, et surtout il était encore là.... Mais je ne sais pas, cette année, nous étions prêts à y retourner. Et nous avons passé une belle journée, à regarder les animations s'enchaîner sur la scène, faire le tour des stands présents, boire un verre de bourru, donner le maximum, croiser les gens de l'association, qu'on avait seulement aperçus il y a 4 ans à l'enterrement de Flo, aller embrasser deux de ses meilleurs potes, qui se sont investis en tant que bénévoles dans les Virades... Et des bénévoles, il en faut.
Tu savais qu'une personne sur 20 est porteuse du gène de la muco ?... La probabilité que deux personnes porteuses se rencontrent est donc assez élevée, et heureusement que la science a fait des progrès énormes sur le dépistage, et sur les soins apportés aux malades.
Il est question de souffle, dans cette journée de Virades, pour en donner à ceux qui en manquent, et aujourd'hui, nous avons retrouvé notre souffle.

Et au final, des ptits bonheurs en pagaille !

* Lundi, je suis capable de donner quasiment tous les prénoms de mes 134 élèves

* Mardi, déjeuner au soleil avec deux anciennes copillègues

* Mercredi, mon nouveau merveilleux tatouage

* Jeudi, ma surprise de folaï (que tu peux lire ici)

* Vendredi, me suis couchée à 22h30 avec mon bouquin

* Samedi, porter une robe qui laisse voir mon nouveau tatouage que j'aime d'amour

* Dimanche, les merveilleux lots gagnés aux Virades

Belle semaine à toi pour cette dernière de septembre !
(et j'voudrais pas dire, mais pour le moment, l'automne, qui a toujours été ma saison préf., est bien plus sympa que l'été ! Pourvu que ça dure !)