Attention, la dernière semaine avant les vacances est toujours celle de tous les dangers. Celle où tu as tellement hâte d'y être (en vacances) que tu tombes dans tous les pièges tendus par le quotidien.

C'est comme ça que tu te permets de te coucher tard, parce que "c'est bon, à la fin de la semaine, c'est les vacances".
Ou que tu fais les derniers contrôles (et qui dit contrôle dit correction) (sa mère) pour boucler ce deuxième trimestre, parce que ce sera fait.
Ou que tu reportes à plus tard la préparation de tes cours, parce que tu auras le temps la semaine prochaine. Mon oeil.

Cette semaine a vu le retour du soleil, et c'est pas dommage. Il a fait plus froid, mais tout est supportable avec du soleil.

Et puis surtout, j'ai couvé un truc, j'avais des pointes de douleur dans la bouche, je me disais que c'était mon aphte, meuh si, c'est ça !... Ou la fatigue, ça donne froid, la fatigue, on a des frissons, quand on est fatigué, non ?
J'ai tenu, tenu, et... On a été vendredi soir. C'est toujours souvent le premier soir des vacances que ton corps lâche tout ce qu'il peut, il décompresse des semaines passées, il se détend, et il laisse s'exprimer tous les microbes de la terre.
Vendredi soir, je n'étais que l'ombre de moi-même, tremblotante sur mon canapé, je n'ai même pas savouré l'apéro libérateur des vacances (qui est d'habitude encore meilleur que l'apéro libérateur du week-end). Je me suis endormie avant mes filles, je crois. En espérant, par la magie des lutins des bois et des étoiles (?), que tout serait revenu à la normale le lendemain matin.
TAKACROIRE.
Samedi matin, j'avais non plus des pointes, mais du coton dans la gorge. Le médecin de SOS Médecin a confirmé une belle angine bactérienne, et m'a donné 7 jours d'antibios. *JOIE*
Ceci dit, il n'est pas venu pour rien, au moins, puisqu'il en a profité pour diagnostiquer un virus-contagieux-qui-ne-se-guérit-pas-et-qui-passe-tout-seul à Anita. Par-fait. *DOUBLE JOIE*
Abibi s'est empressé de développer ce virus mystérieux (qui donne un peu de fièvre, mal à la tête, mal au dos). *TRIPLE JOIE*

Alors moi je dis que quand on est malade pendant nos vacances, on devrait, sur présentation d'un certificat médical, pouvoir décaler ces journées moisies à la rentrée. T'es pas d'accord ?

Je râle, je râle, mais je ne suis pas à l'agonie non plus, et ça aurait pu être pire : on part au ski samedi prochain, j'aime autant être malade la semaine où je dois remplir mes bulletins que celle où je prends le télésiège. Toujours voir le verre à moitié plein !

Sinon, cette semaine, je n'ai pas réussi à aller à la gym. Il y a des semaines, comme ça... J'ai quand-même été à la danse, et comme je marche pas mal tous les jours, mine de rien, ça va, je n'ai pas rien fait.
Anita nous a ramené son livret, et je dois dire qu'on a drôlement de la chance qu'elle ait cette maîtresse-là pile cette année. Elle est exactement ce dont elle a besoin, et ouf, quoi. En plus, elle est poète, elle demande à Anita de "continuer dans cette jolie voie". C'est mignon, non ?

On a été dîner chez des copains jeudi soir, on a reçu un bout de la famille d'Abibi dimanche (dans les microbes, donc).

Rien à voir, mais j'ai très envie d'aller voir "Jusqu'à la garde". Elle m'en a donné envie.

J'ai fait des muffins aux fruits rouges et au chocolat blanc. Pas la meilleure recette de la terre, mais ça se laissait manger. En revanche, mon gâteau au chocolat est toujours aussi bon (j'en ai fait deux, pour la peine).
On a dégusté un bar du marché à tomber (10 minutes au four, avec un filet d'huile et sel/poivre, hmm.

Et puis surtout, quelques petits bonheurs !

* Lundi, j'ai trouvé une salopette de ski VERTE, assortie à mon casque VERT

* Mardi, plein de compliments sur ma nouvelle robe

* Mercredi, un verre en terrasse au soleil avec une copine, pendant le cours de danse de Maïté

* Jeudi, une chouette soirée chez des copains qu'on ne voit pas assez souvent

* Vendredi, V A C A N C E S

* Samedi, prendre le temps de me faire un masque sur les cheveux

* Dimanche, une journée avec des cousins pas vus depuis longtemps

Bonnes vacances à toi si tu as la chance d'y être, et bon courage sinon !...
Ici, ce sera stage de cirque pour les fifilles (si elles tiennent le coup !?...), bulletins et valises pour moi (mouais...).