Quand la semaine où commencent les conseils de classe du deuxième trimestre et celle où se tiennent les portes ouvertes (c'est-à-dire la semaine du samedi matin au collège) (du samedi matin où tu mets le réveil, aussi) coïncident, tu as un peu les chtons.
Et finalement, elle a été moins pire que prévu.
Je dois m'auto-féliciter sur mon organisation, parce que j'ai eu l'impression d'"être large" à plusieurs reprises. Ce qui ne m'était jamais arrivé !
Mes bulletins étaient remplis depuis les vacances ; mes sujets de contrôle ont été faits la semaine dernière, et photocopiés lundi pour jeudi ; mes réunions sur le temps du midi n'ont pas été si handicapantes que ça ; je n'ai pas travaillé mardi soir, ni mercredi soir, ni vendredi soir. Ça aussi, ça n'arrive jamais...
Je ne sais pas si c'est l'expérience qui rentre (après 15 ans, il est temps), ou le fait que je suis plus détendue cette année que je ne l'ai été ces 10 dernières années, mais je peux te dire que je savoure...

La semaine a été bien remplie, donc, mais assez zen. J'ai la sensation (mais je ne le dis pas trop fort... chut...) d'être à un genre d'équilibre entre ma vie pro et ma vie de famille.
Je l'écris ici pour les jours de moins bien !

Et puis il a fait assez beau. On a pu enchaîner les jours sans pluie, ce qui n'était pas arrivé depuis des lustres. Et ça, ça fait du bien au moral.

Abibi est parti mardi et mercredi, ce qui nous a permis de regarder la fin des Enfoirés toutes les 4, en se faisant un bol de pâtes devant. Et là encore, je mesure ma chance et le chemin parcouru : j'avais un conseil de classe jusqu'à 19h, mardi. Rosalie a été chercher Tessoeurs à l'école et à la guitare, et quand je suis rentrée, elles étaient lavées et m'attendaient impatiemment pour commencer ! Le pied !
Mercredi, il a fait beau, ce qui est tout de suite agréable pour faire les allers-retours à la danse. Le matin, j'ai récupéré ma Roro félicitée par ses profs (son conseil de classe avaient lieu mardi soir), on a filé montrer son orteil au médecin (rien de cassé, elle se transforme juste en schtroumpfette après s'être cognée bien fort). Et on en a profité pour acheter les premiers cadeaux d'anniv de Nit.

Au collège, l'ambiance s'installe doucement, il y a souvent des douceurs en salle des profs, apportées par les uns et les autres. Je dissémine des ptites choses ici ou là, comme quand tu accroches un tableau que tu aimes au mur pour te sentir chez toi.
Par exemple, j'ai envoyé une carte postale du ski ; j'ai offert à deux collègues des échantillons de super déo parce qu'on en avait parlé ensemble, pour qu'elles essayent ; j'ai investi dans un calendrier perpétuel pour écrire tous les anniversaires et pouvoir les fêter ; j'ai décoré mon casier avec du masking tape à fleurs. Petit à petit, je fais mon nid...
Et puis j'ai été intégrée dans un "petit groupe de resto". On est entre 4 et 6, on se retrouve le dernier vendredi midi avant les vacances pour tester un resto du coin (et y'en a pleiiiiiiiiiiiiiin). Là, on n'était pas aux vacances, mais on avait des conseils de classe vendredi soir, et on voulait se donner du courage pour le lendemain matin. Alors on a réservé à la Porcelaine, un resto chinois. On a passé un super moment.
Jeudi aprem, j'ai accompagné une classe en sortie avec une collègue d'histoire-géo, c'était hyper bien, les élèves ont été supers.
Samedi matin, direction le collège, donc, pour les portes ouvertes. J'ai passé un bon moment, j'ai eu l'impression d'être à ma place. L'avantage de travailler dans mon quartier, c'est que je croise tout le temps des gens que je connais : le fils de la pharmacienne ; les parents des copains des filles ; et même des copains de copains. Bref, j'avais l'impression d'être dans le collège depuis longtemps.
Après, je dois reconnaître que cet établissement de centre ville, qui est quasi ce qu'on fait de mieux en terme de collège à Nantes (je veux dire par là qu'une fois que tu y as un poste, tu n'en rebouges pas facilement, ou alors pour un lycée, mais ça peut prendre du temps), ne bénéficie pas de ce qui se fait de plus enthousiaste parmi les enseignants...
C'est à dire qu'ils sont nombreux, les profs ici depuis de nombreuses années, un peu blasés, parfois beaucoup, et qui ne manifestent pas une joie de vivre débordante. Ce qui est fou-fou, quand tu vois nos élèves, trop tchoupis, notre environnement de travail, assez cool, je me dis qu'ils font leur difficile. Ou alors on devient forcément aigri quand on reste trop longtemps au même endroit ?!? Hmm...
Bref, tout ça pour dire qu'à ces portes ouvertes, il n'y avait pas une volonté farouchement affichée de se montrer ouvert, quoi...
Heureusement, Abibi a eu l'envie de me faire une surprise, en venant avec les filles voir l'endroit où je travaille. Très bonne idée en soi, tu me diras. Oui. Sauf qu'il s'agit d'Abibi, cet homme qui me surprendra toujours autant, et pas souvent en bien... Il a décidé de venir incognito. Dans le sens "qu'on ne peut pas reconnaître", pas dans le sens "discret". Il avait donc mis une perruque, un bob, des lunettes de soleil, un faux gros ventre, et il a pris un accent espagnol (??). Le tout sous le regard amusé d'Anita et Maïté, déguisées elles aussi (mais j'ai envie de dire que c'est de son âge !), et sous le regard saoulé de Rosalie (sans blague ??). Moi, je l'avoue, j'ai ri quand je l'ai vu traverser la cour. ^^

Le reste du samedi s'est déroulé tranquillement : un reste de croziflette qui sent bon les vacances, un petit bain de foule à la Braderie de Nantes, quelques jeux de société en attendant le repas...
Une fois les filles couchées, on est sorti boire un verre, tous les deux. À deux pas de la maison, histoire de se raconter des trucs les yeux dans les yeux plutôt que de s'endormir devant un film.
C'est tellement génial de retrouver un peu de spontanéité ! Tu veux aller boire un verre ? Oui, mais attends, faut qu'on trouve un babysitteur, ou tes parents, ils sont dispo, tes parents ?..
Là, pouf pouf, on sait que s'il se passe quelque chose, Rosalie nous appellera, et d'ailleurs, il ne se passe rien. C'est chouette, quand-même, non ?
Une copine me disait que c'était un juste retour des choses : elle a transformé notre binôme en trinôme, alors c'est logique qu'elle nous aide à retrouver ce binôme de temps en temps !
On n'est pas rentrés tard, mais c'était bien.

Dimanche a été doux et heureux de bout en bout.
Le changement d'heure est assez indolore quand tes enfants ne se lèvent pas aux aurores. Ce qui est notre cas. Quand Maïté est venue nous voir une première fois, il était 9h30 nouvelle heure, je l'ai renvoyée au lit, et elle revenue vers 10h30, a joué aux playmos en attendant que Tessoeurs se réveillent, vers 11h30.
Ça nous a laissé le temps d'émerger, d'aller faire un tour au marché, et de nous faire un ptitdejdej de compèt. On a même mangé les premières fraises de la saison !!!
Cet aprem, Abibi a bricolé les vélos qui traînaient à la cave, et on est parti dans le cimetière à côté de chez nous (ben oui, il y a des grandes allées toutes droites, pas trop fréquentées !...) pour en faire avec Maïté. Je suis incroyablement fière de pouvoir dire qu'elle a réussi direct à pédaler. Sans roulette. Elle est très peu montée sur une draisienne, jamais sur un vélo avec petites roues, et là, direct, elle s'est lancée. Une championne !
Un gâteau et des jeux plus tard, petite visite de copains en fin de journée, et nous voilà prêts à affronter une nouvelle semaine.

Je n'ai pas trop bougé mon corps, cette semaine, à part la marche quotidienne, la danse. Je n'ai pas été à la gym suédoise depuis longtemps (#lahonte), par exemple.
J'ai très peu lu, j'ai juste terminé mon Biba, pour tout dire, et j'ai peu regardé la télé. Si, la nouvelle saison de Clem et Grey's Anatomy en replay. Bon.
Je me suis trouvé une veste, ça faisait un bail que j'en voulais une comme ça, je suis trop contente : tu sais, en matière "jogging", sans épaulette, et cerise sur le gâteau, elle a un imprimé fleuri de folie ! Je suis trop happy !!!

À part ça, cette semaine :

* Lundi, avoir finalement 25 minutes pour déjeuner (je m'étais préparée mentalement à ne pas manger !...)

* Mardi, avoir mon amie chérie L. au téléphone

* Mercredi, trouver par hasard LA veste que je cherchais depuis des lustres

* Jeudi, la sortie sympa avec les 5F si mignons

* Vendredi, le resto avec des collègues, une tradition s'installe (en tout cas une volonté de tradition)

* Samedi, un verre improvisé en amoureux

* Dimanche, Maïté fait du vélo toute seule !

Belle semaine à toi, et à la semaine prochaine !