On y est, les gars, on y est !!!! Le printemps est là !!!!

Je ne voulais pas m'habituer, mais trop tard. C'est comme quand ton enfant fait sa première vraie nuit de 12 heures, tu as beau savoir que c'est fragile, comme acquis, que ça peut changer le lendemain, tu as quand-même envie que ça recommence. Et tu oublies très vite les nuits pourries.

Et ben là, pareil : vu l'hiver qu'on a vécu, je devrais être prudente. Ne pas me réjouir trop vite.

Oh et puis zut : je savoure le soleil, et je croise tout ce que je peux mes orteils libérés que ça continue. Encore et encore. C'est que le début. D'accord d'accord.

(désolée)

Cette semaine, Abibi est parti trop longtemps : de mardi matin, 5h30, à vendredi midi. Il rentre une demi-journée plus tard, pour éviter les grèves. Je ne l'ai au téléphone que rarement, parce qu'il travaille vraiment beaucoup...
J'en ai profité pour faire tous mes contrôles cette semaine. Quitte à passer des soirées seule, autant les passer à corriger, non ?...
(En vrai, non, mais vu qu'on reprend le 14 mai, je regarde arriver la fin d'année avec angoisse, alors je ne laisse pas passer une seule occasion d'avoir des notes pour une moyenne représentative..).
Au collège, j'ai accompagné une classe en sortie, pour dépanner une collègue. C'était un peu naze, la nana des archives était désagréable au possible, avec des élèves pourtant vraiment mignons. Bizarre.

Pas de gym du tout, de la marche (beaucoup), et de la danse, mais je me suis fait mal au dos. Ouch. J'espère que ça va passer...

J'ai un peu avancé dans L'amie prodigieuse, tome III. Je ne lis pas assez à mon goût, mais il faut dire que j'ai beaucoup corrigé, donc, et que j'ai été me coucher beaucoup trop tard. Donc je m'endors après à peine quelques pages.

Maïté m'a fait des débuts de soirée pourris, à base de je-vas-faire-pipi-toutes-les-6-minutes-en-hurlant-que-ça-pique. On a donc eu droit à une analyse d'urine (bonheur) (si tu l'as déjà vécu, dis-moi que je ne suis pas la seule qui s'est fait pisser sur les doigts !...).
En parlant de Maïté, elle a eu une semaine festive, avec un bal costumé dans son école (organisé par Bibi les représentants des parents) et l'anniversaire de sa super copine N.
Anita redort un peu mieux, elle a réintégré la chambre de Maïté après quelques nuits trops courtes. Je n'ai pas été joueuse, sur ce coup-là, pas envie d'attendre encore pour voir. Non. On a donné, et tant pis si pour le moment, c'est trop compliqué pour elle de dormir dans sa chambre (why ? WHY ?!?).
Rosalie commence à se sentir doucement mais sûrement en vacances, avec un emploi du temps plus qu'enviable. Elle a des sorties, des profs occupés par le bac (oraux blancs ou que sais-je), et elle compte les jours avant les vacances (les grandes, je veux dire) (pour elle, ce sera vers le 9 juin) (oui) (OUI).

Vendredi, on a fait un exercice de confinement, une alerte intrusion. Une bonne heure à devoir rester silencieux, cachés sous les tables, ça a été compliqué. J'étais avec une classe trèèèèèèèèèèèès bavarde, de trèèèèèèèèèèèèèès mauvaise foi, et franchement, j'étais en colère qu'ils n'aient pas pris l'exercice avec le sérieux qu'on leur avait demandé. Ça m'a agacée une bonne partie de la journée.
Au fond, j'étais aussi en colère qu'on doive s'entraîner à ce genre d'événements. C'est horrible de devoir vivre avec ce risque là. C'est triste de faire grandir nos enfants dans un monde où certains sont assez fous pour tuer des gens qui n'ont rien demandé.
Et puis on aura beau se préparer mille et une fois, je crois que si le collège devait vivre un attentat, personne ne sera prêt. Sérieusement ! Qui peut dire comment il réagira le moment venu ?!?
Bref, c'est à la fois anxiogène et nécessaire, mais brrrrrrr.

Samedi, après le bal masqué, j'ai filé prendre le train, destination Paris. J'y ai retrouvé ma copine L. pour une soirée mémorable dans un bel hôtel (le COQ Hôtel, je recommande). On a parlé-parlé-parlé, on a ri, on s'est raconté toutes nos ptites histoires, et c'était bon. Dimanche matin, après le ptit dej (je t'ai dit que j'adorais les ptits dej d'hôtel ?), elle est partie et j'ai passé un moment à flâner dans le Paris ensoleillé, oh ? Une terrasse ! Et si je prenais un café ?
J'ai repris le train dans l'autre sens, et j'ai retrouvé avec bonheur mon amoureux et mes fifilles qui avaient passé un chouette moment tous les 4 eux aussi.

Et puis, des petits bonheurs.

* Lundi, un coup de fil constructif avec une mère d'élève (enfin j'espère !)

* Mardi, ça se détend en salle des profs

* Mercredi, j'ai ressorti les sandales et les lunettes de soleil, yeah !

* Jeudi, mes mollets à l'air

* Vendredi, retrouver Abibi, et l'apéro traditionnel du vendredi

* Samedi, de douces retrouvailles

* Dimanche, le serveur du café de France, place d'Italie, un peu déjanté et très rigolo

Belle semaine à toi, ici, ce sera une semaine un peu spéciale : je suis de la zone B qui a modifié les congés : dès mercredi, on sera en vacances pour 2 semaines et demi !...
(Enfin attention, hein, les deux prochains jours et demi rattrapent les 2 jours et demi qu'on aurait du travailler pendant la semaine gruyère, ce n'est pas cadeau, ces longs congés de princtemps !... Je préfère préciser !)