Il y a eu ce moment de silence avec moi-même, vendredi.

Seule sur ma terrasse, avec un verre de glaçons - rondelles de citron, dans mon pantalon préf. (acheté chez Monop l'année dernière), mes doigts de pied à l'air, quelques minutes avant d'aller chercher Tessoeurs et d'enchaîner avec l'installation de l'école de Maï pour la boom déguisée du lendemain matin.
C'est important, des micros moments de tranquillité, non ?
(Ouais, c'est bien aussi quand ils sont macros, mais bon, faut être réaliste !...)

moi 20 4

Sous mes fesses, un de nos deux fauteuils Acapulco, si confortables.

moi mèche blanche

Et puis hier, dans le miroir, je l'ai aperçue. Cette mèche quasi blanche, qui s'ajoute aux cheveux blancs qui naissent sur ma tête de plus en plus nombreux.
J'ai décidé de ne pas les cacher. De garder mes cheveux longs tant que je le souhaite, tout en acceptant ces cheveux blanchis par le temps. Pas de teinture, pour m'y habituer doucement, et ne pas tomber dans la spirale des "oh, je dois faire un raccord pour les racines !...". Je suis incapable de m'infliger des couleurs à espace régulier.
Sur Instagram, je suis Sophie Fontanel, qui en a écrit un livre que je dois absolument lire. "L'apparition", tu connais ?
Tu sais combien j'aime grandir. Et si grandir rime avec blanchir, moi je dis banco !