Le sujet de la bienveillance est très à la mode. Dans l'éducation nationale, ça, c'est sûr, mais aussi un peu partout sur le net.

La parentalité bienveillante, la communication non-violente, le bien-être, se faire du bien, les miracle morning, le body-positive, le yoga, etc etc.

(Ouais, je fais un article fourre-tout, exactement).

Bref, j'avais lu je-ne-sais-plus-où que pour qu'une journée soit belle, il fallait commencer par des pensées positives. Se sourire dans le miroir, par exemple. Se souhaiter une belle journée, en se promettant qu'elle va bien se passer. Se féliciter quand on réussit quelque chose. Ou même juste pour rien. Sourire aux autres.
Ça, je le fais souvent, je crois. J'accueille chacun de mes élèves avec un bonjour souriant quand ils entrent en classe. Enfin j'essaye !
Dans le même je-ne-sais-plus-où, j'avais lu que pour être heureux, il était important de rendre les autres heureux. Et on nous préconisait de faire une action pour quelqu'un d'autre par jour.

Entendons-nous bien : les précieux conseils du type "buvez un jus de citron au réveil avant d'avoir posé le pied par terre" (comment on fait, concrètement ? Admettons qu'on ait anticipé la veille au soir, en posant un citron, un presse-agrumes et un verre sur la table de chevet. Admettons. Tu as déjà réussi à couper un citron et le presser ALLONGÉE ???) me laissent relativement de marbre.
Mais là, il s'agit d'une idée plus qu'un conseil, en fait. Une bonne idée, en plus.

J'ai commencé à faire attention à ça, la semaine dernière. Et je crois que je suis en mesure de lister des petits services rendus à droite à gauche, sans que ça ne m'ait rien coûté (la preuve, j'ai réalisé après coup que je les avais faits !).

Par exemple, j'ai prêté mon crayon de papier à un élève qui n'avait pas sa trousse.
J'ai dépanné une copine en récupérant sa fille pour déjeuner, et je l'ai emmenée à son cours de danse.
J'ai déposé Rosalie en voiture chez sa copine, alors qu'elle pensait y aller en bus.
J'ai laissé ma place dans le bus à un monsieur sans dent, mais très gentil.
J'ai siégé au conseil d'administration alors que personne ne voulait y aller.
J'ai déniché le plus mignon doudou de la terre pour un bébé tout neuf.
J'ai relu le rapport de stage d'une élève avant qu'elle ne l'imprime.

Rien d'extra-ordinaire. Rien de foufou.

Mais mis bout à bout, je me dis que ça rend la vie plus jolie, et que moi aussi, parfois, je pourrais oser demander quelque chose à quelqu'un (#challenge).

 

Edit : j'ai écrit ce texte il y a un mois.

Depuis, j'ai ajouté quelques mains tendues, quelques gestes pour les autres.

J'ai baissé la barre du télésiège à de nombreux enfants.
J'ai invité une amie à déjeuner, parce qu'elle était enfermée dehors, et je lui ai prêté 20 € pour qu'elle se fasse un ciné en attendant le retour de son mari.
J'ai été vérifier que le gaz était bien éteint chez des copains partis quelques jours sur Paris.
J'ai été chercher les mêmes copains à la gare un soir à 21h30.
J'ai fait une tartine de nutella à la fille de copains.
J'ai tiré un petit garçon avec mon bâton, pour le faire avancer dans un chemin.
J'ai aidé une copine à se relever après une belle chute en ski.

J'ai bien l'intention de continuer.